ELK Menu

Programme

Les événements et les conférences

Programme 9-10-11 septembre 2022

  1. Jour 1

  2. Installation des stands

    (réservé aux vendeurs)

     
  3. Ouverture du marché aux plantes

  4. Accueil et conférence

    Rikus van Veldhuisen

    Pays-Bas

    Rikus van Veldhuisen

    Uitdagend Zambia (nl)

    Des défis Zambiens

    Comme beaucoup d’entre nous, j’ai commencé dans ma jeunesse, lorsque les cactées étaient à la mode, à cultiver des plantes grasses dans de petits pots aux couleurs vives sur le rebord de la fenêtre de ma chambre. Lors d’une visite à la serre des cactées au “Flevohof”, un autre monde s’est ouvert pour moi. Les plantes étaient beaucoup plus belles dans une serre et je découvrais également qu’il y avait une association d’amateurs des plantes grasses, nommée “Succulenta”. Cette serre a été rapidement construite et j’ai commencé à faire des emplettes sur des foires aux plantes. Rapidement, j’ai découvert la grande différence qui régnait parmi les genres et les espèces, notamment en force de croissance et en durée de vie. La grande variété des formes dans le genre Euphorbia m’a fasciné depuis le début. Grâce aux multiples visites à la serre de Jaap Keijzer, de plus en plus d’Euphorbes rentraient dans ma serre. Ces Euphorbes se plaisaient dans ma serre donc au fur et à mesure les autres genres sont partis pour libérer de la place. Les Euphorbes continuent à me fasciner depuis presque 40 ans. Sans doute aussi parce que ce hobby “comporte” plusieurs niveaux: multiplier, photographier, voyager vers les biotopes naturels, écrire des articles sans oublier le plus important: le contact avec d’autres amateurs.

    Visiter la Zambie pour y observer des plantes succulentes dans la nature n’est pas la raison la plus évidente. Il est certain que voyager en Zambie offre beaucoup d’avantages tels la gentillesse de ses habitants, des logements d’un confort raisonnable et bien sûr le soleil Africain. Cependant le paysage est un peu monotone car sans relief montagneux, ni vallées ou points de vue. De plus, le nombre de plantes succulentes poussant naturellement en Zambie est limité en comparaison avec l’Afrique du Sud ou le Madagascar par exemple. Les habitats naturels sont très éloignés de tout et uniquement joignable par de longues et parfois très mauvaises routes. Des biotopes entiers, où l’on trouvait autrefois des plantes intéressantes, sont maintenant densément peuplés et totalement urbanisés comme par exemple le “Copperbelt” En raison des causes pré-citées, la Zambie n’est pas très souvent visitée par les amateurs de plantes succulentes. En revanche, beaucoup d’espèces poussant dans ce pays sont très spectaculaires et elles figurent parmi les plantes les plus rares et les plus attractives. Aussi reste-t-il des endroits à découvrir. Des endroits où personne ou très peu de personnes du monde occidental n’ont posé le pied, des endroits qui promettent de belles découvertes. Suffisamment de raisons donc pour visiter la Zambie et relever le défi. Fin Novembre 2021, Bohuslav UHLIR, Petr PAVELKA et moi-même sommes partis pour un voyage de trois semaines explorer le Nord-Ouest et également le Nord-Est de la Zambie. Ceci s’avère déjà un défi sérieux car il y a au moins 6 000 km à parcourir. Si les routes sont bonnes, cela représente déjà une sacré distance mais lorsqu’un trajet de 240 km dure 9 heures dont 7 pour la dernière moitié, cela devient plus qu’un simple défi! L’actuelle pandémie de Covid a été encore un défi supplémentaire. Seulement une heure après notre arrivée en Zambie, nous avons entendu parler pour la première fois de la mutation Omicron. La plupart des vols de correspondance ont été annulés immédiatement ou reprogrammés vers Janvier. Cependant, notre compagnie aérienne semblait vouloir respecter ses vols donc nous avons décidé de rester sur notre planning. Passée une semaine, nous avons été obligés de réserver à nouveau des vols pour les quelques jours suivants mais ces vols ont été ensuite annulés. Avec de nouveaux billets, nous sommes finalement rentrés et sans trop de problèmes car les tests se sont avérés négatifs pour tous les trois. Toutefois en faisant le bilan, au final ça fallait vraiment le coût. Environ la moitié de toutes les Euphorbes de la Zambie poussent près d’une chute d’eau et l’on remarque certaines espèces uniquement à un endroit précis et nulle part ailleurs. Sans exception, nous avons été les seuls visiteurs dans ces endroits paradisiaques. Nous avons vu Euphorbia speciosa aux chutes de Chisimba, Euphorbia fanshawei aux chutes de Ntumbachushi et Monadenium discoideum aux chutes de Nyambwezu. Parmi les autres espèces emblématiques que nous avons réussi à y découvrir on peut noter Euphorbia mwinilunguensis, E. platyrrhiza, Monadenium nervosum et Adenia erecta, pour ne nommer qu’eux. Malgré, ou peut-être grâce aux défis ci-dessus, nous nous sommes sentis privilégiés d’avoir réussi ce voyage que peu de gens du monde occidental n’ont jamais réalisé.

  5. Cafétéria

    Réunion conviviale

  6. Jour 2

  7. Marché aux plantes

  8. Conférence

    Volker Schädlich

    Allemagne

    Volker Schädlich

    Kakteenstandorte in Paraguay - nicht nur Gymnocalicien (de)

    Sites des cactées au Paraguay - pas seulement des Gymnocalycium

    Mon premier voyage en 2001 en Amérique de Sud m’a emmené justement au Paraguay. Cela a été un véritable coup de foudre! Ce pays était et est toujours à peine equipé pour le tourisme. C’est Friedrich Ritter qui m’a fasciné avec ses histoires de découvertes en Cerra Leon. Encore aujourd’hui, le Paraguay ne figure toujours pas parmi les pays fréquemment visités par les “cactustouristes”. D’une part, à cause de son infrastructure pauvre surtout dans le nord du pays et d’autre part en raison de la faible richesse en genres des cactées du Paraguay.

    Inévitablement, j’ai appris à connaître le Gran Chaco pendant ce séjour de 5 semaines en 2001. Ma curiosité concernant cette zone unique a été éveillée et plusieurs voyages se sont succédés ensuite, notamment pour y découvrir des cactées. Un grand nombre d’animaux et de plantes se sont adaptés à cet habitat. Le Gran Chaco couvre toute la partie du pays à l’ouest de la rivière Rio Paraguay. Sa surface au Paraguay est de 246 925 Km2, ce qui représente pas loin de 60 % du pays entier.

    La végétation dans le sud-est du Paraguay est complètement différente. Tous les sites des plantes montrées à la conférence se trouvent dans la Cordillera de los Altos. Dans cette région, il y a de la pluie durant toute l’année, l’est du Paraguay ne connaît normalement pas vraiment de période sèche. La région de la Cordillera de los Altos fait partie du Massif Montagneux du Paraguay Central. Ce massif est coupé par des vallées profondes et on y trouve une serie de montagnes de la table. La majorité de la surface de ce massif a été transformée en terre agricole, il ne reste plus grande chose de la forêt originale. La majorité de la population habite dans l’est du Paraguay.

    Lors de cette conférence, j’aurais plaisir à vous présenter la distribution des cactées dans le Paraguay au travers des sites que j’ai visité dans ce pays. Peut-être même parviendrais-je à vous encourager à adopter ces magnifiques plantes dans votre collection.

  9. Réunion International Euphorbia Society

  10. Conférence

    Gérard Alibert

    France

    Gérard Alibert

    Les Uncarinas da la Grande Ile (fr)

    Ma passion pour les succulentes a débuté en 1971 par l'achat de quelques cactus et mon adhésion au tout début de l'AIAPS avec les regrettés Marcel Kroenlein et François Falco, piliers de la succulentophilie française. Depuis j’ai toujours cultivé des plantes succulentes avec une affinité particulière pour les Adeniums et les Uncarinas.

    En ce qui concerne les Uncarinas, je les ai découvertes en 1995 lors d'une mission humanitaire dans le sud de Madagascar. Pendant 3 semaines, nous nous sommes déplacés de village en village pour soigner la population locale. Lors de ces déplacements, j’ai pu découvrir quelques specimens de ce genre in situ qui m’ont laissé un souvenir impérissable. J’y ai également rencontré les botanistes Herman Petignat et Raymond Gerold qui m’ont appris beaucoup de choses sur la végétation de Madagascar. Par la suite, je suis retourné encore trois fois à Madagascar avec mon épouse en remontant la côte ouest.

    Uncarina est un genre endémique regroupant 14 espèces se rencontrant toutes dans les complexes de végétation sèche du nord, nord ouest, sud ouest et sud de Madagascar. Dans ma conférence je vais parler de:
    - La localisation des espèces et l’écologie de leur biotope,
    - La clé pour déterminer les espèces,
    - La culture en pot et en pleine terre, je cultive les 14 Uncarinas sous serre en pleine terre,
    - Les hybrides,
    - La multiplication, semis, boutures et greffes,
    - L’iconographie des feuilles, fleurs et fruits.

  11. Conférence

    Ian Woolnough

    Royaume-Uni

    Ian Woolniugh

    Travels in cactus country (en)

    Voyages au pays des cactus

    Adolescent, Ian Woolnough s’intéressait déjà aux cactées. Cette passion fut seulement interrompue lors de ses études de géologie et cartographie, qui l’ont conduit à son premier emploi aux Fiji. De retour en Angleterre, il a pu reprendre son hobby et parallèlement à sa carrière professionnelle il a rapidement occupé des responsabilités à l’intérieur de la BCSS (British Cactus & Succulent Society). Un certain nombre de ses photos a été affiché dans le calendrier de la BCSS et dans les livres de cactus. Il a également écrit une douzaine d’articles dans la revue CactusWorld de la BCSS. Depuis 2002, Ian a donné plus de 190 conférences pour une trentaine de sections régionales de la BCSS mais aussi lors de congrès nationaux et internationaux d’ associations de plantes succulentes et autres clubs d’amateurs de plantes. Depuis 1998, il se rend chaque année à l’ELK. Voir les plantes dans leur habitat est un privilège qu’il a souvent eu. Au regard de tous ses voyages cumulés, il s’est rendu compte qu’il avait eu l’opportunité d’observer pendant une année entière les cactées dans leur environnement naturel! Après sa carrière professionnelle comme géologue, il a rejoint l’Eau Brink, pépinière de plantes succulentes à Norfolk, dans l’ouest de l’Angleterre, poste qui lui permet de produire des plantes à une échelle bien supérieure qu’auparavant!

    Ian a eu la chance de pouvoir visiter plusieurs habitats naturels de cactus. Au cours de sa conférence, il mettra en lumière quelques points forts de ses voyages sans se prendre trop au sérieux. Il ne parlera pas uniquement de plantes magnifiques mais également d’animaux sauvages, de paysages et d’aventures qui se sont produits en cours de route. Le temps limité de cette conférence ne permet hélas pas de montrer tout ce qui est intéressant mais la sélection est particulièrement réussie et elle vous montrera non seulement de belles choses, mais également des plantes étranges et surprenantes! Nous démarrons dans l’ouest des États Unis d’Amérique pour les Pediocactus et Sclerocactus et poursuivons vers le sud direction la Basse Californie, une région mexicaine particulièrement riche en cactées et autres plantes xérophytes. Ensuite nous nous retrouvons au centre du Mexique avec des plantes magnifiques et continuons vers les iles Caraïbes pour une visite rapide d’Antigua-et-Barbuda avant de passer l’équateur vers le Pérou avec ses Matucana, ensuite l’Argentine avec entre autres ses Gymnocalycium et ensuite vers le Chili pour ses Copiapoa et Eriosyce en particulier. Vous allez voir des plantes miniatures et des géants, des cactées qui poussent au bord de la mer dans le sable et d’autres sur les sommets enneigés. Nous sommes convaincus qu’il y a des choses intéressantes à découvrir pour tout le monde! Il est évident que chacun trouvera son bonheur dans cette belle conférence.

  12. Cafétaria

    Réunion conviviale

  13. Jour 3

  14. Marché aux plantes